INTERNATIONAL

Au Pakistan, des pluies inhabituelles causent la mort de 65 personnes en quatre jours

Entre vendredi et lundi, d’intenses précipitations ont provoqué des crues subites et l’effondrement d’habitations.

Au Pakistan, le volume des pluies depuis le début d’avril est deux fois plus élevé que d’ordinaire. En quatre jours, ces intempéries ont provoqué la mort d’au moins soixante-cinq personnes, ont annoncé les autorités locales, mercredi 17 avril.

Entre vendredi et lundi, d’intenses précipitations ont provoqué des crues subites et l’effondrement d’habitations, tandis que vingt-huit personnes ont été tuées par la foudre. Le bilan le plus lourd (trente-deux morts, dont quinze enfants) concerne la province du Khyber Pakhtunkhwa, dans le nord-ouest du pays, où mille trois cents habitations ont été détruites. « Toutes les victimes ont résulté de l’effondrement des murs et toits », a déclaré mercredi à l’Agence France-Presse (AFP) Anwar Khan, porte-parole de l’autorité provinciale de gestion des catastrophes.

« Le changement climatique est un facteur majeur »

« En avril, nous avons observé des modèles de précipitations inhabituels, a expliqué à l’AFP Zaheer Ahmad Babar, porte-parole du département météorologique pakistanais. Du 1er au 17 avril, nous avons connu des niveaux de précipitations qui ont excédé de 99 % la moyenne historique. »

« Le changement climatique est un facteur majeur » de cette évolution, a-t-il ajouté, en précisant que la comparaison portait sur des données datant des trente dernières années.

Le Pakistan, cinquième pays le plus peuplé du monde, figure parmi les plus menacés par le dérèglement climatique. Lors de l’été 2022, des inondations inédites avaient submergé un tiers du pays, affectant plus de trente-trois millions de personnes et faisant plus de mille sept cents morts.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page