ACTUALITESPOLITIQUE

Enseignement technique au Sénégal : Les propositions du Dr Laurent Bonardi

Né en Corse et naturalisé Sénégalais, Dr. Laurent Bonardi est un spécialiste en éducation et politiques éducatives reconnu internationalement. Des Etats-Unis à l’Afrique de l’Ouest en passant par les Émirats Arabes Unis, il a exercé son expertise pour développer des programmes ambitieux. Citoyen sénégalais concerné, il plaide en faveur d’une réforme éducative transformative. Il nous livre ici sa vision de ce que pourrait être l’enseignement technique et professionnel au Sénégal.

L’enseignement technique et professionnel (ETP) joue un rôle crucial dans toute réforme éducative ambitieuse. Loin d’être une voie de garage, l’ETP prépare les jeunes a? intégrer le marche? du travail en leur fournissant des compétences pratiques et techniques. En cela, il représente au même titre que l’enseignement classique un parcours d’excellence.

L’ETP doit être en phase avec les besoins actuels du marche? du travail et les grands objectifs nationaux, comme ceux en lien avec l’agro-industrie, les hydrocarbures, le tourisme et les services. L’ETP offre ainsi une voie vers des opportunités d’emploi plus tangibles en augmentant l’employabilité et répond aux demandes du marche? en formant une main- d’œuvre qualifiée et compétente. Il s’agit d’un levier puissant pour lutter contre le chômage et promouvoir le développement socio-économique durable du Sénégal.

Malgré son importance, l’ETP est aujourd’hui confronte? au manque d’infrastructures adéquates, de ressources financières et humaines, ainsi qu’au faible niveau de reconnaissance sociale de par rapport a? l’enseignement dit classique.

Stratégies pour le développement de l’enseignement technique et professionnel

La première étape consiste a? investir significativement dans les infrastructures et les ressources de l’ETP. Cela comprend la construction/rénovation d’écoles techniques et professionnelles, l’équipement des ateliers et des laboratoires et l’acquisition de matériel pédagogique de qualité?. Un financement adéquat est nécessaire pour garantir que les établissements d’ETP disposent des ressources nécessaires pour offrir une formation de haute qualité ? sur l’ensemble du territoire national. C’est ce que j’appelle la continuité territoriale éducative.

Les programmes de formation doivent quant à eux être revus et adaptés pour mieux répondre aux besoins changeants du marche? du travail. Cela implique une large consultation des acteurs du secteur privé ? pour identifier les compétences et les connaissances nécessaires dans différents domaines professionnels. Les programmes doivent être axés sur la pratique, offrant aux étudiants une expérience concrète et pertinente qui les prépare efficacement à leur future carrière. A ce titre, les partenariats public-prive ? jouent un rôle clé et peuvent prendre différentes formes, telles que des programmes de stage, des projets de recherche conjoints, des programmes de parrainage d’entreprises, et des conseils consultatifs composés de représentants du secteur prive ? Ces collaborations permettent d’assurer que les programmes d’ETP restent pertinents et que les diplo?me?s sont directement employables.

Par ailleurs, la qualité de l’enseignement dispensé en ETP dépend en grande partie de la qualité des enseignants. Il est donc essentiel de renforcer la formation et le développement professionnel des enseignants d’ETP. Cela comprend la création d’ambitieux programmes de formations initiales et continues, l’acces à des ressources pédagogiques actualisées et la création de plateformes pour le partage des meilleures pratiques entre pairs.

Enfin, il est important de promouvoir l’innovation et l’entrepreneuriat parmi les élèves et étudiants. Les établissements d’ETP devraient ainsi encourager les initiatives entrepreneuriales, fournir un soutien aux startups au travers d’incubateurs et offrir des programmes de formation en entrepreneuriat. Cela permettrait aux étudiants d’acquérir les compétences nécessaires pour créer et gérer leur propre entreprise, contribuant ainsi a? la croissance économique et à la création d’emplois.

Intégration de l’ETP dans le système éducatif

L’ETP doit être intégré de manière holistique dans le système éducatif sénégalais, en offrant des parcours de formation flexibles et accessibles à tous les élèves, quel que soit leur parcours académique initial.

L’intégration de l’ETP implique le développement de programmes éducatifs qui combinent l’apprentissage académique avec des compétences techniques et professionnelles. Ces programmes doivent être conçus de manière à offrir aux élèves une formation équilibrée et complète, préparant ainsi les diplômés à réussir dans un environnement professionnel diversifié et évolutif.

Il est essentiel par ailleurs de créer des parcours éducatifs flexibles qui permettent aux élèves de choisir entre différentes options d’apprentissage, y compris l’ETP, en fonction de leurs intérêts, de leurs aptitudes et de leurs objectifs de carrière. Cela nécessite une révision des politiques d’orientation scolaire et professionnelle, ainsi que des mécanismes de transition entre les différents niveaux et types d’enseignement.

Enfin, il est important d’évaluer régulièrement l’impact de l’ETP intégré et d’ajuster les politiques et les pratiques en fonction des résultats obtenus. Cela nécessite la mise en place de systèmes de suivi et d’évaluation efficaces, ainsi que la participation active des parties prenantes à toutes les étapes du processus d’intégration.

En mettant en œuvre ces stratégies, le Sénégal peut développer efficacement l’enseignement technique et professionnel et mieux l’intégrer dans le système éducatif. Cela permettra d’offrir une voie d’éducation inclusive, pertinente et de qualité, qui répond aux besoins du marché du travail et contribue au développement socio-économique du pays.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page